Mademoiselle Coquelicot

Carnet de jolies choses

6

Le goût des pépins de pomme

Ce livre de Katharina Hagena comporte selon moi, tous les ingrédients d’un roman réussi.

Une écriture fine et très descriptive, une histoire d’amour, une trame de fond émouvante, un personnage principal dans lequel on tend à se reconnaitre.

A l’instant où j’ai débuté la lecture de ce livre, j’ai su qu’il me plairait. Voici un extrait de la première page : « Quand Bertha, la soeur cadette d’Anna, se précipita en larmes dans le jardin, elle constata qu’avec le dernier souffle rauque d’Anna toutes les groseilles rouges étaient devenues blanches. C’était un grand jardin, les nombreux vieux groseilliers ployaient sous les lourdes grappes. Elles auraient du être cueillies depuis longtemps mais lorsque Anna était tombée malade, personne n’avait plus songé aux baies« .

C’est un roman plein de finesse, dans l’écriture, dans les (très nombreuses) descriptions, dans les sentiments ressentis par les personnages. Personnages qui sont très nombreux. Peut-être trop tiens d’ailleurs. A plusieurs reprises, je m’y suis un peu perdue …

Mais qu’importe, ça n’a rien enlevé au charme de ce joli roman qui narre l’histoire d’Isis, jeune femme d’une vingtaine d’années qui hérite de la grande maison (et du grand jardin) de sa grand-mère Bertha.

Entre souvenirs d’enfance, secrets de famille et amour naissant, on suit la jeune Isis, perdue devant tant de préoccupations d’adulte. Elle déambule dans la grande maison, repense à tous les moments qu’elle a vécu là, quand elle était enfant, avec ses deux amies, Mira et Rosemarie. Elle s’habille des vieilles robes de ses tantes, elle entre dans le bureau de son grand-père, lit dans le jardin.

Ce qui m’a séduit dans ce livre c’est qu’on est en quelque sorte l’invité d’Isis. Avec elle, on redécouvre la maison. Peu à peu, cette maison devient notre maison. On la connait. Le jardin, qu’on devine immense, devient au fur et à mesure des pages, un peu notre jardin. Nous aussi, lecteur, d’une certaine manière, on aime lire sous les pommiers ou près du poulailler.

A l’instant où j’ouvrais le livre pour reprendre ma lecture, je savais que j’allais pénétrer à nouveau dans cet univers. C’était en quelque sorte réconfortant. Je m’y sentais bien dans cette maison et surtout, dans ce jardin.

Un très beau livre tant à l’intérieur (le texte) qu’à l’extérieur (l’image de la couverture) qui représente une gravure, ancienne et très jolie, qui nous mettrait presque dans la bouche le goût des pépins de pomme.

Le goût des pépins de pomme

Katharina Hagena

268 pages, 19,50 euros

Article précédent

Article suivant

Commentaires

  1. kat 25 octobre 2010 - 11 h 25 min Reply

    Toujours avide de nouveauté et de découverte, je note ce titre :)

  2. Stéphanie 25 octobre 2010 - 14 h 09 min Reply

    Tu me donnes envie de le lire !

  3. nini 25 octobre 2010 - 17 h 03 min Reply

    je vais bientôt le découvrir,dès que j’ai fini mon roman je l’attaque,j’ai hâte de la manière dont tu en parles ça doit être un bon et beau roman bisous bisous

  4. ticiia 26 octobre 2010 - 17 h 00 min Reply

    J’ai déjà louché sur ce bouquin plusieurs fois. Cette fois-ci, je me décide, je l’achète!

  5. andara 30 octobre 2010 - 17 h 55 min Reply

    Tentée par ce livre … mais j’ai tellement de livres en retard que celui-ci attendra ;-)
    en tout te lire donne envie de le lire !

  6. « Le goût des pépins de pommes  Katharina Hagena | «… Suspends ton vol …

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont suivis d'une étoile *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>