Nourrir le corps et l'esprit


"Et il savait lire. Pas les livres, ça tout le monde peut, lui, ce qu'il savait lire, c'était les gens." Novecento : pianiste - Alessandro Baricco

Lecture du moment

"Americanah" de Chimamanda Ngozi Adichie

Archives depuis 2010

Sauf mention contraire, toutes les photos publiées sur ce blog ont été prises par moi-même, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation

Qu’est-ce qui fait frémir vos papilles?

Hier, j’ai eu une mini conversation sur Twitter avec l’adorable May. Une conversation culinaire.

Pour faire court, nous exprimions mutuellement notre amour, notre passion pour la nourriture Indienne, mais aussi Chinoise, Japonaise pour elle (moi un peu moins), et comme je ne suis pas venue à Strasbourg (juste) pour la beauté de la cathédrale, j’ai ajouté que j’appréciais aussi beaucoup la gastronomie Alsacienne.

Je sais que certaines de mes lectrices ne jurent que par le bio & le tofu (coucou maman!), je suis sûre que certaines autres ne résistent pas devant la vitrine d’une boulangerie (recoucou maman!), ou encore pourraient manger des pâtes à chaque repas.

En bref, nous avons toutes nos petits péchés mignons, nos faiblesses, nos plaisirs gustatifs. Ils sont variés, ils peuvent parfois être excentriques, originaux, tout simples, bêtes comme chou (oh non pas le chou, c’est dégoûtant) et j’aimerais bien les connaître. Une jolie occasion de parler d’une des meilleures choses de la vie : manger. Ah je ne vous avais pas  encore dit que je vivais pour manger et non l’inverse?

Je vous souhaite à toutes une excellente journée, je vous laisse avec quelques photos issues du Tumblr gastrogirl.tumblr.com, qui publie quotidiennement de très jolies photos culinaires!

Reader Feedback

12 Responses to “Qu’est-ce qui fait frémir vos papilles?”

  1. kat dit :

    Manger :) ah un truc que j’adore aussi.C’est un plaisir pour moi de manger, que ce soit sucré ou salé, je pourrais pas être une fille au régime.
    Et d’ailleurs dans trois jours, je vais retrouver la gastronomie du Portugal ^^ il me tarde :)

  2. virginie B dit :

    des jolies assiettes comme ça, oui ça me fait frémir les papilles !

  3. ticiia dit :

    Moi aussi je crois que je vis pour manger. J’aime tout tout tout! C’est une catastrophe. D’autant plus que j’aime nettement moins cuisiner :-/

    • Mademoiselle Coquelicot dit :

      Oh ça me fait plaisir de te revoir par ici Laetitia! Je te suis sur Tumblr et je suis toujours contente de voir tes très jolies photos.
      Ben moi cuisiner j’aime bien, mais bon faut avoir le temps, tous les ingrédients nécessaires … et puis faut dire aussi que j’aime cuisiner des bons petits plats, des bons desserts … autant de choses qui ne sont pas forcément très bonnes pour la ligne!

  4. May dit :

    (commentaire GEANT du jour, BONJOUR !)
    (bon, faut arrêter d’écrire des billets qui me « parlent » et où j’ai mille choses à écrire)

    Ton article me fait sourire et me donne à nouveau faim (je suis un ventre sur patte mon dieu ! )

    Alors pour te répondre en un peu plus que 160 caractères, le problème étant que je ne m’arrête pas à la nourriture indienne/japonaise/chinoise. Ca, c’est juste mon « quotidien » depuis que je suis à Paris. Dans le marais, il y a pas mal de ces trois types de restaurants et il y a le Passage Brady à coté de mon stage aussi qui déborde de restaurants indiens. Puis comme ici, on a une toute petite cuisine et que l’appartement n’est franchement pas agréable, aller au resto est devenu rapidement une habitude pour profiter du moment du repas.

    Alors, alors. Je crois que j’aime tout ce qui tourne autours de l’alimentation : partager un repas en amoureux ou entre amis, l’imaginer et le préparer. C’est d’ailleurs moi qui cuisine tous les repas de famille (c’est un peu un acte d’amour de préparer un bon petit repas et de voir ses proches se régaler). Je crois que c’est plus l’image du moment que je vais passer que j’apprécie que la nourriture en elle-même. Quand je vais dans un restaurant, je m’imagine et me créé un moment particulier. J’aime aller dans un grand restaurant français et me sentir alors dans un moment privilégié, un peu particulier. J’aime me poser dans une boqueria/bar à tapas avec un verre de Sangria à la main et refaire le monde. J’ai l’impression de voyager à travers ce que je mange, de me tricoter des atmosphères. C’est comme l’hiver lorsque je prépare une bonne raclette et sors un bon vin rouge, c’est une ambiance feutrée qui se créée alors, une ambiance de chalet enneigé. Lorsque je suis revenue de Valencia, j’avais besoin de tapas très souvent. C’était mon doudou, mon moment à moi pour me rappeler de cette ville hispanique, peut-être pour essayer de ne pas l’oublier. D’ailleurs quand je voyage, c’est (presque toujours) ce qui attire mon attention : la cuisine locale. Je suis persuadée que l’on apprend beaucoup d’une population/culture à travers ses plats.

    Bref, j’aime ces ambiances que l’on parvient à dessiner autours d’un bon repas. C’est cela que j’aime par dessus tout. Alors, toutes les cuisines du monde permettent de réinventer des mondes, de se créer des univers en quelques sortes, de voyager.

    PS : il était bon cet indien ?

    • May dit :

      (oui, en fait, tu remarqueras que je suis plus douée pour rédiger des commentaires que pour écrire des articles sur mon blog)

    • Mademoiselle Coquelicot dit :

      Ah mais c’est qu’on y prendrait goût aux commentaires géants de May ! Oui, oui, je me suis fait la remarque hier qu’effectivement tu écrivais plus chez moi que chez toi !! :)

      Je partage complètement ta manière de voir la nourriture et les repas! Lorsque tu dis « Je crois que c’est plus l’image du moment que je vais passer que j’apprécie que la nourriture en elle-même », je me retrouve tout à fait. Il m’arrive parfois de passer la journée à cuisiner pour mon chéri, j’aime tout prévoir, préparer, réfléchir aux plats que je vais cuisiner. Arriver au soir et ne pas avoir faim, presque ne pas avoir envie de manger ce que j’ai cuisiné, tant ce qui compte pour moi c’est de faire plaisir avec ma cuisine. Les repas sont plus qu’un moment où l’on se nourrit, ce sont des moments de partage, d’échanges et en effet, ils brassent toute notre culture, notre éducation et notre manière de vivre. Nos goûts, nos manières de manger et d’appréhender les repas (chez nous comme à l’extérieur) sont, je pense, de grands révélateurs de nous mêmes!

      J’aime lorsque tu dis que quand tu es revenue de Valencia, les tapas (dieu que j’adore les tapas moi aussi !!) étaient tes « doudous ». Je crois aussi beaucoup en l’aspect réconfortant et sentimental de la nourriture. Ahh vaste sujet!

  5. Ines dit :

    Il est 12h05 et je salive d’envie devant mon écran à la vue de toutes ses images…Ta sélection est très belle, j’aime beaucoup la mise en scène de ses photos!!! Je suis totalement d’accord avec May (wouah ça c’est du commentaire, j’adore!), j’aime beaucoup gouté à toutes lse cuisines du monde, et ainsi m’imaginer dans le pays, voyager au travers des mets, de la déco du resto…La nourriture indienne, japonais, pareil que vous les filles, j’aime beaucoup! Et depuis mon voyage à Bali en juin dernier, je suis à la recherche d’un petit resto indonésien près de chez moi pour retrouver un peu de l’atmosphère qu’on a vécu là bas, mais snifffffffff je n’en ai pas encore trouvé….(la nourriture indonésienne est entre parenthèse excellente!!!). Bizzzz

  6. isa dit :

    Lire ton billet à l’heure du gouter est totalement inhumain !!
    Me concernant , mon péché gustatif est tout bête : les bonbons Haribo , ils ont le gout de l’enfance et je ne sais pas y résister !!

  7. Je me suis régalée (jeu de mot totalement innocent, si, si…) à lire ton article… et les commentaires. Marrant et assez touchant de voir tout le monde livrer sa conception de l’instant plaisir du repas…
    Je pourrais faire une liste longue comme (je n’ai rien à comparer… donc, longue comme quelque chose de très long… une file d’attente à carrefour un vendredi soir par exemple. Fin de la parenthèse.), bref, de choses qui font frémir mes papilles. Faire mijoter une sauce tomate tout un après midi. Me régaler avec les penne ainsi relevées, rajouter une pincée de parmesan. Décider qu’il n’y en a pas assez, en rajouter encore un peu… (oui, je fais partie de celles qui pourraient manger des pâtes tous les jours). Comme May, j’aime faire plaisir à ceux qui s’attableront autour du dîner que j’aurais préparé (ou plutôt du goûter, ma spécialité, c’est la pâtisserie… pour le salé, je suis encore une piètre cuisinière…). J’aime passer du temps dans ma cuisine à y penser, puis le partager, le moment est aussi délicieux que le meilleur des napages au chocolat.
    Bref, je pourrais réécrire le commentaire de May qui sonne tellement juste et décris tellement ce que je ressens au sujet de la nourriture que s’en est presque… perturbant (à part le japonais, sur ce point, je ne suis pas encore une adepte…). Merci donc, pour ce billet, pour ces commentaires, ces anecdotes, que j’ai pu lire avec… gourmandise.

Laisser un petit mot