Nourrir le corps et l'esprit


"Et il savait lire. Pas les livres, ça tout le monde peut, lui, ce qu'il savait lire, c'était les gens." Novecento : pianiste - Alessandro Baricco

Lecture du moment

"Americanah" de Chimamanda Ngozi Adichie

Archives depuis 2010

Un billet au hasard!

Sauf mention contraire, toutes les photos publiées sur ce blog ont été prises par moi-même, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation

Saga de l’été : dans les Pouilles #1 – Séjourner à Vieste

5

Les Pouilles. C’était l’été dernier, c’était il y a déjà bientôt dix mois, en septembre.

Nous sommes arrivés après presque vingt-quatre heures de voiture – dont sept bonnes heures de sommeil près de Côme, déjà en Italie – alors que le soleil se couchait. Nous n’avions pas l’impression de rouler depuis beaucoup plus d’heures, nous avions surtout la sensation d’être arrivés au bout du bout de l’Italie – alors que Vieste, où nous sommes restés deux semaines, est au Nord des Pouilles (la région qui s’étend sur toute la côte Est du pays), dans le promontoire du Gargano, plus précisément.

Presque deux heures avant d’arriver à destination – la camping Baia degli Aranci – nous avons quitté l’autoroute pour rejoindre ce que nous appellerions ici une « départementale » puis une petite route flirtant entre villages et bord de mer. Les quelques derniers quarante kilomètres furent très longs.

Puis nous avons découvert Vieste – mais je vous emmènerai à sa découverte dans un prochain billet.

21

C’est une ville parfaite pour les vacances. Grande mais pas trop étendue, typique, avec un dédale de jolies ruelles parfaites pour se promener les après-midi un peu grises et le soir, remplies de glaciers, restaurants et petites boutiques.  Bref, la ville dans laquelle on prend plaisir à se promener – encore et encore – bien qu’on connaisse (presque!) tout par cœur dès la première semaine.

Nous avons donc séjourné durant deux semaines au camping Baia degli Aranci. A Vieste, les deux routes principales du bord de mer sont remplies de campings. J’aime cette ambiance cent pour cent vacances, comme à Argelès, dans le sud de la France, où je partais quand j’étais petite. Ça sent le sable, les gens qui rentrent pieds nus de la plage, les séchoirs à linge qui ploient, le soir, sous le poids des serviettes de plage et des maillots, les couverts qui tintent, à quatorze heures, sur le bord d’une assiette remplie de tomates-mozzarella-basilic-vinaigre balsamique, les voitures garées sous les pins.

Baia1

Crédit photo : Camping Baia degli Aranci

Crédit photo : Camping Baia degli Aranci

Crédit photo : Camping Baia degli Aranci

Je dis « camping » mais en réalité, le lieu propose trois types d’hébergement : camping donc, mais aussi appartements avec terrasse et hôtel. Nous avons choisi un appartement, qui offre selon moi le maximum de confort pour deux semaines de vacances.

Tout était parfait ! Nous avons eu un appartement très bien agencé et assez grand pour deux personnes. Le camping en lui-même est énorme, très vert et très agréable, à quelques mètres de la plage (privée et accessible par un souterrain pour ne pas avoir à traverser la route. Malin si on vient avec des enfants!) Y être au mois de septembre était vraiment parfait sauf pour la supérette qui était moins bien achalandée – ils y vendaient un pesto frais absolument dément! J’ai aimé avoir accès à la laverie du camping pour faire des lessives régulièrement. Les allées fleuries et verdoyantes abritaient de nombreux chats, tous plus mignons les uns que les autres; je vous présente donc Marty, Brutus et Geronimo – oui en quinze jours on les a même baptisés ( et oui, le dernier jour, j’ai presque pleuré de voir Marty un peu mal en point).

78

87

88

Les journées où nous ne partions pas en virée dans la région étaient calquées sur un rythme lent et bienveillant; petit déjeuner sur la terrasse, départ pour les piscines avec nos livres sous le bras, bougainvilliers pour seuls voisins parfois, déjeuner de légumes, gnocchis et autres douceurs trouvées à la supérette, retour à la piscine où le temps s’écoulait doucement, lentement, entre lectures, sieste, jeux de cartes, dégustation de glaces et baignades. Puis un des meilleurs moments des vacances; la douche d’après-piscine-plage, celle où le sable tombe comme à gravelotte dans la douche, celle où la peau révèle sa couleur caramel, le lait pour le corps dont la senteur s’imprimera dans notre esprit comme le seul souvenir qui d’un coup d’un seul sera capable de nous faire revenir en un éclair dans cette salle de bains de vacances à mille quatre cent kilomètres de là.

8

6

Je suis très heureuse de me plonger dans ces photos que je n’ai pas regardé depuis l’été dernier. C’est une foule de sensations et de bons souvenirs, dans lesquels je vais me plonger avec un immense plaisir. J’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à lire mes billets.

On se retrouve vendredi prochain pour un deuxième épisode? Cette fois, chaussez des sandales confortables, on part se promener dans Vieste!

Reader Feedback

2 Responses to “Saga de l’été : dans les Pouilles #1 – Séjourner à Vieste”

  1. […] Saga de l’été : dans les Pouilles #1 – séjourner à Vieste […]

Laisser un petit mot