Nourrir le corps et l'esprit


"Et il savait lire. Pas les livres, ça tout le monde peut, lui, ce qu'il savait lire, c'était les gens." Novecento : pianiste - Alessandro Baricco

Lecture du moment

"Americanah" de Chimamanda Ngozi Adichie

Archives depuis 2010

Un billet au hasard!

Sauf mention contraire, toutes les photos publiées sur ce blog ont été prises par moi-même, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation

Le septième matin

6

Déjà le septième matin ici. A être réveillés par la lueur du jour qui filtre à travers le volet en bois que l’on ne peut pas fermer totalement à cause d’une branche d’arbre. A ouvrir grand la porte-fenêtre-en-bois-comme-en-vacances à peine l’œil ouvert, pour découvrir le grand soleil ou la grisaille mais la lueur du jour, toujours. A immédiatement prendre ses marques dans la grande cuisine rutilante, là les tasses à thé, là les petites assiettes, ici le joli plateau et on emmène tout dans le jardin.

A se familiariser avec les petits bruits d’ici et les nouveaux paysages, derrière les baies vitrées, les fenêtres, les portes. A faire coucou à M., derrière sa fenêtre. A prendre l’habitude d’ouvrir, fermer cette nouvelle porte d’entrée. A descendre le loquet de la porte fenêtre contre le bois pour la fixer au mur. A voir, dès la nuit tombée, les lampions solaires s’illuminer le long des petites marches. A voir M. et P. jouer dans le jardin, se précipiter dehors à peine une porte-fenêtre ouverte, se faufiler chez les voisins et ne pas revenir à la nuit tombée. A ne même pas se cogner les jambes contre les nouveaux meubles. A aimer toujours autant allumer toutes les petites lampes de la maison, à la nuit tombée. Plus les petits spots de la cuisine. A acheter des pivoines, à mettre dans les soliflores sur le plan de travail. A aller faire des petites courses tous les jours, comme en vacances. Se sentir ici, comme en vacances et ne plus se croire à Strasbourg.

2

Nous avons passé la semaine entière à dépoussiérer, aménager, monter, déplacer, déballer et bien que cela commence à prendre forme, tout est loin d’être parfait. Sans compter que cet appartement a subi une rénovation complète de six mois et que des entreprises doivent encore venir pour finaliser-reprendre-corriger certaines choses.

Leroy Merlin est devenu notre seconde maison bien que je déteste toujours autant y aller. Jeudi, nous sommes sortis de chez Ikea à deux, avec quatre chariots-palette débordants. Et vendredi, mon amie Sophie a inauguré la saison des barbecue dans le jardin. Nous avons bu des bières et du jus artisanal pomme-fruits de la passion, c’était une douce soirée. En fin d’après-midi, alors que M. H. tondait sa pelouse, qu’il faisait grand soleil, que tout était ouvert, que la musique de FIP résonnait dans l’appartement et que je m’affairais dans la cuisine – au cœur de l’espace de vie – à préparer des verrines de tiramisu à la fraise, j’étais bien. Et je devinais tous les repas que j’aimerai cuisiner, pour mes amis, ma famille.

Lorsque j’ai visité cet appartement, j’ai senti de la vie et un joyeux bordel, aux marches du jardin. La vie et le joyeux bordel, nous les avons eu toute la semaine, et même encore aujourd’hui, assise entre un grand sac bleu Ikea à vider et la vieille imprimante à descendre à la cave ou à laisser pour une bouchée de pain sur Le bon coin. Et hier soir, j’ai appréhendé cette première soirée, au calme, à déguster un repas entre amoureux. Alors on a fait une jolie table, on a monté les tabourets hauts pour manger sur l’îlot de la cuisine, on a monté un peu FIP et on a ouvert une bouteille de vin rouge de mon grand-père. C’était une douce-douce soirée, aussi douce que toutes les petites lumières que j’aime à allumer partout, à la nuit tombée.

9

Reader Feedback

3 Responses to “Le septième matin”

  1. Zelda dit :

    Ben dis donc elle respire la joie et la détente cette maison !
    Une maison dans laquelle on se sent comme en vacances, c’est que c’est la maison du bonheur !!!
    Trouver ses marques, découvrir tous les petits trucs, les nouveaux bruits, le jardin, les barbecues entre amis, tout ça c’est génial, profitez bien :-)
    Bises

    • Mademoiselle Coquelicot dit :

      En même temps, nous étions en « vacances » cette semaine. Lorsque nous aurons repris chacun nos rythmes de malade, je ne sais pas si on s’y sentira toujours comme dans une maison de vacances! Le temps nous le dira! Bises Zelda et bon dimanche!

  2. sofy from sxb dit :

    oh, tu me cites dans ton billet ! c’est gentil ça ! merci pour votre invitation, j’ai passé une très agréable soirée chez vous.
    bravo pour la réalisation dans son ensemble, vous avez vraiment bien choisi les couleurs, les matériaux, les meubles. mention spéciale à la cuisine qui me plait beaucoup. et à la salle de bain. et à l’extension. à tout quoi !

Laisser un petit mot