Nourrir le corps et l'esprit


"Et il savait lire. Pas les livres, ça tout le monde peut, lui, ce qu'il savait lire, c'était les gens." Novecento : pianiste - Alessandro Baricco

Lecture du moment

"Americanah" de Chimamanda Ngozi Adichie

Archives depuis 2010

Un billet au hasard!

Sauf mention contraire, toutes les photos publiées sur ce blog ont été prises par moi-même, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation

Et derrière, un cœur qui bat

tout_va_bien_se_passer

source

Je discutais l’autre jour avec le gérant d’un joli hôtel perdu dans la montagne et il me parlait des remarques parfois un peu dures des clients. Une eau de piscine qu’ils estiment pas assez chaude, un petit déjeuner pas assez varié, et j’en passe, les gens sont capables de râler sur tout. Moi aussi, cela m’arrive, il ne faut pas croire, d’autant que je suis assez exigeante et critique à propos du service de manière générale.

Mais il y a critique et critique. Tout d’abord, il y a une manière de la formuler, avec plus ou moins d’agressivité et de diplomatie. Depuis quelques années interviennent de nouveaux acteurs; TripAdvisor en tête!

Et alors, ce monsieur que je ne trouvais pas hyper sympathique jusqu’à ce moment-là m’est apparu sous un autre jour, je l’ai compris et j’ai réalisé que nous jouions dans le même camp tous les deux : celui du goût du travail bien fait, l’envie de se décarcasser pour ses clients (qui ne sont, malheureusement, pas toujours contents).

Il expliquait le côté terriblement sournois des gens qui font mine d’avoir passé un bon séjour et qui laissent un commentaire déplorable sur Internet ou encore il évoquait ceux qui commentent – de manière salée – mais aussi de manière anonyme. Il disait ne plus aller lire ces commentaires, parce que ça fait trop mal au cœur.

Et là, le mien (de cœur) s’est serré car sont revenues instantanément dans ma mémoire les (rares) fois où des clientes ont été insatisfaites, à l’institut. Certaines (une tout particulièrement, je crois que je ne l’oublierai jamais) a été particulièrement rude, les autres moins, cela peut être pas grand chose, mais voilà, quand on se donne les moyens de faire les choses bien et que nos clients ne sont pas satisfaits, et bien cela fait vraiment mal au cœur.

Alors oui, bien sûr, parfois, à l’hôtel, au restaurant, au spa, ou ailleurs, il se passe des choses exagérées. Et je ne parle pas de certaines énormes structures qui ne voient que le chiffre d’affaire à la fin du mois et qui n’en n’ont rien à faire de la satisfaction des clients et des avis négatifs sur les réseaux sociaux. Oui, il faut les signaler, mais avec bon sens et sang froid. Et surtout, surtout, les messages incendiaires sur TripAdvisor, ce n’est pas super intelligent. Songez deux minutes que vous êtes la personne qui essaie de faire de son mieux (ou qui essaie de faire avec ce qu’elle a ), imaginez combien parfois le métier d’artisan/de commerçant/ de gérant/ de restaurateur peut être difficile (c’est dur à imaginer), imaginez que tout le monde ne peut pas toujours être au top.

Il faudrait parfois raccrocher le manteau de la méchanceté sur le net. C’est un débat qui a déjà eu lieu cent, mille fois mais insulter, diffamer, inciter à boycotter, en plus d’être lâche et pas fairplay, c’est puni par la loi!

Et n’oubliez jamais que rien n’est toujours blanc, ou noir, et que derrière un réceptionniste, une serveuse, n’importe qui, il y a toujours un cœur qui bat.

 

Reader Feedback

3 Responses to “Et derrière, un cœur qui bat”

  1. Katia dit :

    Je ne suis qu’une simple vendeuse, et je suis pourtant parfois très blessée par les passagers qui râlent ou nous parlent vraiment très méchamment, alors quand en plus on est son propre patron, qu’on fait tout pour que les clients soient le plus satisfaits possible, ça doit être encore plus blessant

  2. Aloxx dit :

    Oui tu as raison, je trouve que les gens ont la critique facile. Sur tripadvisor, j’essaye de faire des commentaires souvent sur ce qui m’a plu (sauf si j’ai vraiment été déçue et que j’estime que c’est ‘objectif’) et il m’est arrivé de ne pas suivre les avis généraux des personnes et de quand même réserver dans ce petit hôtel pas très cher à Porto et ben.. j’en ai été ravie et le contraire m’est aussi déjà arrivé! Des fois c’est aussi bien d’aller voir par soi même et d’accepter les défauts quand on voit que les gens sont impliqués dans leur travail ! Après tout, les goûts et les couleurs..

    • Mademoiselle Coquelicot dit :

      On peut faire des critiques négatives, ça aide à s’améliorer, et si c’est justifié, aucun problème, mais on en revient toujours à la même chose : il y a une manière de le faire. Tu as raison aussi de souligner qu’il faut aussi se faire son propre avis. On faisait comment il y a 10 ans et qu’on ne passait pas des heures sur le net à lire des avis avant de réserver le moindre resto ?

Laisser un petit mot