Nourrir le corps et l'esprit


"Et il savait lire. Pas les livres, ça tout le monde peut, lui, ce qu'il savait lire, c'était les gens." Novecento : pianiste - Alessandro Baricco

Lecture du moment

"Americanah" de Chimamanda Ngozi Adichie

Archives depuis 2010

Sauf mention contraire, toutes les photos publiées sur ce blog ont été prises par moi-même, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation

Cette main invisible, dans mon dos

source

Je te revois, ce matin de mai, au bord de la mer. Légère et heureuse dans ta tenue fraîchement acquise, tu te sentais bien. Tes fesses et tes cuisses moulées dans ce pantalon gainant, ton t-shirt rose coupe nageur, découvrant ces épaules que tu trouves toujours trop rondes. Tes chaussures, pas tout à fait adaptées, pas non plus complètement inappropriées.

Je te revois, ce matin de mai, au bord de la mer. Tes premiers pas, tes premières foulées. Ton souffle court, déjà, dès les premiers mètres. La rencontre fut rugueuse et haletante. Mais pleine de promesses. Tu m’as apprivoisé, surprise, étonnée, heureuse. C’était fragile, mais tu pouvais le faire. Certains regardent droit dans le soleil, tu regardais droit dans la mer, cherchant dans les vagues la force pour avancer, le bleu de l’eau faisant écran dans ton esprit contre les mauvaises pensées te soufflant d’arrêter. Un pied après l’autre, les bras accompagnant tes jambes, le souffle accompagnant ton corps.

Tu étais belle.

Il était presque treize heures et je te découvrais. Et tu me découvrais. Le jour-là, tu ne le savais pas, tu étais en train de tomber amoureuse de moi. Moi, qui tient finalement à peu de choses, nomade.

Oh, tu le sais, notre relation connaîtra des hauts, des bas. Qui n’en connait pas ? Certains jours, tu me détesteras, de te faire souffrir, de te faire aller au-delà de tes forces, de te faire mal. D’autres jours, tu me remercieras, souriras à pleines dents, lèveras les bras au ciel et le poing, en signe de victoire. Grâce à moi, tu te sentiras vivante et le terme ne sera même pas galvaudé.

Je te revois, ce matin de mai, amorcer ta revanche et dire adieu à l’adolescente un peu trop réservée, un peu trop essoufflée, un peu le genre idéal à être détestée par les professeurs de sport. Foulant le bitume de la Croisette, slalomant entre les glaciers, les kiosques à journaux, les petites familles à poussettes, les mamies à canne, je l’ai vu dans tes yeux; cette détermination, ce sourire fier et revanchard. Ils ne se souviennent même plus de ton nom, tu te souviens parfaitement des leurs, et des soupirs résignés, à chaque rentrée scolaire, quand tu les lisais, imprimés dans la colonne du jeudi, du lundi, du mardi, noir sur blanc, sur les emplois du temps annuels.

Depuis ce matin de mai, au bord de la mer, je te revois souvent. Tu as pris confiance en toi, tes cuisses se sont peut-être un peu affinées, ta volonté est de fer, ton sourire, épanoui. Partout où tu iras, sur un tapis électrique, dans un jardin public, vers l’université, sur une promenade au bord de la mer, je ne te quitterai jamais.

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 J’ai écrit ce texte dans le cadre de « l’Atelier des jolies plumes », atelier d’écriture entre blogueuses crée par Célie et Fabienne. Une bien belle aventure qui commence … Vous souhaitez nous rejoindre ? Envoyez un mot doux à l’adresse suivante : latelierdesjoliesplumes@gmail.com et les filles vous expliqueront la marche à suivre !

Joli, heureux weekend à vous!

 

Reader Feedback

12 Responses to “Cette main invisible, dans mon dos”

  1. Lizzie dit :

    Quel beau texte <3
    Beau, original, touchant…
    Je suis sous le charme. 😉

  2. La volonté de se surpasser, & peu à peu prendre confiance, se faire plaisir…

  3. Zelda dit :

    C’est vrai que ton texte est magnifique !!
    Une belle histoire d’amour :-)
    Bises

  4. sofy from sxb dit :

    ton texte est aussi beau que ta personne est belle.

  5. Miss Blemish dit :

    C’est beau… c’est touchant… C’est plein d’espoir. C’est également plein d’une confiance aveugle en l’avenir, de cette volonté plus forte que la peur d’y arriver.
    Merci d’avoir été présente pour ce premier rendez-vous, ça me fait plaisir et ça me touche, beaucoup. Je suis heureuse de te compter parmi les jolies plumes.
    Bises

    • Mademoiselle Coquelicot dit :

      Merci Célie ! Même si ce texte a été écrit en dernière minute, la veille et le jour de la publication, j’ai adoré écrire ce texte. C’est peut-être même mieux ainsi, que de l’avoir laissé traîner dans les brouillons pendant des jours et des jours … Je file lire le tien <3

  6. J'ai ecrit dit :

    Comme à ton habitude, ce texte est doux et touchant. Il est aussi porteur d’espoir et de rage de vaincre, de se dépasser. J’aime aussi l’originalité dont il fait part. Merci pour cette jolie contribution !

  7. […] autres jolies plumes : Xelou – Lisa – Mademoiselle Coquelicot – Zou – Rose – I feel blue – Illyria – Ma vie de brune – Carnet […]

  8. […] autres jolies plumes : Xelou – Lisa – Mademoiselle Coquelicot – Zou – Rose – I feel blue – Illyria – Ma vie de brune – Carnet […]

Laisser un petit mot